Skip to main content

L’auto-hypnose : Comment faire seul ?

Lorsque qu’on pratique l’hypnose pour soi, il est clair que le seul but n’est pas de savoir rentrer dans un état d’hypnose. Le but est parfois de développer une compétence, dépasser une émotion, travailler sur soi. Tout dépend encore de l’intention dans laquelle tu réalises ta propre séance d’auto-hypnose. Comme nous l’avons vu dans un article précédent, il y a quelques petits points auxquels il faut penser lorsqu’on fait une séance. Le lieu et le temps en font parti. Rien ne sert de commencer s’il faut aller chercher les enfants au sport, sortir une lessive et préparer le repas. Non, l’idée est plutôt de prendre rendez-vous avec soi-même et de dire à toute la tribu que tu n’es pas disponible à ce moment là.

Lorsqu’on a réussi cette première étape, on fait quoi ?

Tout d’abord, la première étape est de modifié son état de conscience. Pour cela, il y a des inducteurs minimalistes de l’hypnose qui te permettent d’aller plus vite en transe. Parmi ceux ci, on peut trouver l’attention, la conscience de soi, l’imagination et l’expérience subjective du corps. En d’autres termes, en jouant sur ces 4 inducteurs, tu peux rentrer en transe rapidement. Développons un peu cela pour bien comprendre et que tu puisses surtout tester cela.

L’attention

L’attention est le fait de se concentrer mentalement sur un objet. De plus en plus, on remarque que nous ne travaillons pas notre attention et que celle-ci est volatile. On peut citer le programme ATOLE, développé par le chercheur Jean Philippe Lachaux et son équipe (livre 👈 ), pour apprendre aux élèves de primaire à gérer leur attention. Cette fonction cognitive a un impact direct sur la mémorisation. Le fait de savoir l’utiliser est donc un atout pour les apprenants.

Mais revenons à nos moutons.

  1. Sois attentif à la façon dont tu respires
  2. Sois attentif à la façon dont ton corps est placé, là, maintenant
  3. Remarque les points en contact avec l’air et ceux qui ne le sont pas
  4. Scanne l’espace entre tes doigts
  5. Rentre un peu plus profondément à l’intérieur de toi

Ici, l’idée est de porter son attention à différents endroits du corps pour créer un état d’hypnose. Si tu fais cela pendant quelques minutes, progressivement tu vas ressentir des changements dans le corps, dans tes perceptions internes et externes et tu vas rentrer dans un état plus profond d’introspection au fur et à mesure.

La conscience de soi

La conscience de soi, c’est la façon dont tu te représentes à différents moments de ta vie. Que tu sois à Angoulême, Paris ou Strasbourg, que tu ais, 5, 20 ou 60 ans, tu peux te raconter ta propre histoire, celle qui fait que tu es ce que tu es.

Par exemple, avec des questions comme « Prends conscience de qui tu es, là, maintenant ? Comment tu te définis ? Qu’est ce qui fait que tu en es là ? Quelles sont les décisions que tu as prises ou au contraire que tu n’as pas prise qui font de toi ce que tu es ? ». Cela amène directement une forme d’introspection si ce travail est fait réellement. Il est probable qu’en te les posant, tu remarques que des souvenirs reviennent, que des émotions viennent te bousculer. Il est probable qu’il y ait des « et si j’avais fait ceci ou cela, que ce serait-il passé? ».

Il y a de cela quelques années, j’avais demandé à une jeune devant ses parents, qui elle était. Une question difficile pour une adolescente (même pour un adulte). Ce jour là, elle m’a répondu « Je suis nulle ! ». Imagine l’étonnement de ses parents et de moi-même lorsque nous avons entendu sa réponse. Ce moment fut assez fort car elle était dans un moment de sa vie plutôt perturbé. Les parents ont pris l’importance de prendre le temps de discuter avec elle pour l’aider à traverser cette période.

Au delà de l’adolescence qui est une période compliquée parfois mais tellement intéressante sur le plan identitaire, je t’invite à te poser cette question : « Qui es tu ? » Certains se définissent par rapport à leurs enfants « Je suis maman de.. », d’autres pas rapport à leur métier, d’autres par rapport à leurs loisirs,… et toi ?

L’expérience subjective du corps

J’aime beaucoup cet inducteur pour les personnes qui ont du mal à être dans leur corps et ceux qui pensent « trop ». L’idée est assez simple. Comment te représente tu ton corps ? Es tu dedans ton corps, à côté ? Ressens tu ce que tu vis ou es tu détaché des sensations ?

L’un des inducteurs qu’on utilise en hypnose est l’association – dissociation. De mémoire, je crois que Kévin et Bruno, respectivement Directeur de l’ARCHE (Académie pour la Recherche et la Connaissance en Hypnose Ericksonienne) et directeur pédagogique de cette même école, en parlent dans Psychonaute. Psychonaute est la plateforme qu’ils ont développé et qui permet d’apprendre l’auto-hypnose en ligne. Si tu veux tester, je te mets le lien ICI pour avoir UN MOIS GRATUIT au lieu de 7 JOURS.

L’asso/disso consiste à te représenter la réalité à la première personne, dans ton corps, à travers tes yeux, puis de « t’échapper » et de te voir dans l’image, comme si tu étais dans un film et que tu regardais le film. Le but est d’alterner entre les deux. C’est assez radical 😃.

L’imagination active

Enfin, le dernier inducteur minimaliste est l’imagination. Certains me disent qu’ils ont aucune imagination. Ok, alors utilisez autre chose ! Ceci dit, je crois que nous avons tous de l’imagination que l’on vienne d’Angoulême ou d’ailleurs. Nous sommes tous capable de nous créer des peurs invraisemblables, de nous imaginer dans un super canapé que le commercial veut nous vendre, de nous voir dans notre future maison… Au pire, si nous n’arrivons pas à nous projeter, nous avons eu cette capacité par le passé. Je ne connais pas un enfant de 6/7 ans qui n’imagine pas. Vous en avez un ? Présentez-le moi ! 😃.

L’idée pour créer un état d’hypnose avec cet inducteur est, par exemple, d’imaginer ce que cela serait d’être dans un état d’hypnose ? Par exemple, par où tu passes pour aller dans un état d’hypnose ?

Je me souviens d’une séance où je demandais à la personne qui avait déjà fait de l’hypnose, quelle était la première étape pour qu’elle vive un état de transe ? Elle m’a dit, « Je dois m’imaginer dans un champ, allongée ». Nous sommes donc partis dans son imagination et nous avons vu, écouté, ressenti ce qui se passait dans ce champ. Au fur et à mesure qu’elle a commencé à détailler les caractéristiques de cet endroit, elle y es rentrée de plus en plus. L’état d’hypnose était vraiment intéressant pour travailler ensuite sur se problématique.

Aussi, cet inducteur est assez simple d’apparence et tu peux le régler comme tu le souhaites pour obtenir l’état d’hypnose que tu le souhaites. Encore une fois, tu peux te projeter à Angoulême, dans la ville de la BD, mais aussi à Paris, en bas de la Tour Eiffel, ou sur un nuage, sur un bateau…

Teste avec Psychonaute ou seul

Dans cet article, je vous ai donné des clés très simples que j’utilise à chaque séance avec les personnes qui viennent en séance individuelle. Tu peux les appliquer pour toi. Si tu veux aller plus loin, je te rappelle que tu peux tester Psychonaute pour te faire une idée. Dans le prochain article, je pense qu’on verra comment travailler en auto-hypnose.

Leave a Reply

Close Menu

A propos

Centre Hypnose Angoulême
Maison de santé
5 rue du basilic
16330 VARS

T: 06 03 06 35 57
E: contact@centre-hypnose-angouleme.fr